“Investir plutôt que dépenser”

“Investir plutôt que dépenser”

Retrouvez ma tribune sur le budget régional 2016 publié dans le Huffington Post

La situation d’enlisement économique dans laquelle se trouve notre pays nous oblige à repenser en profondeur l’action publique. La baisse drastique des dotations de l’Etat, certes brutale dans ses modalités, peut aussi être une opportunité pour donner un sens nouveau aux politiques publiques que nous souhaitons porter. Dans les collectivités territoriales notamment, nous devons, à l’instar des entreprises, chercher en permanence à créer de la valeur ajoutée dans notre gestion. C’est particulièrement vrai pour notre utilisation de l’argent des contribuables.

En Île-de-France, notre nouvelle Présidente de région Valérie Pécresse vient d’annoncer la baisse de 5% des dépenses de fonctionnement dans le cadre du budget 2016, soit 120 millions d’euros d’économies dès la première année du mandat. Cela se fera grâce à une lutte sans merci contre tous les gaspillages, grâce à la suppression des dispositifs coûteux qui n’ont pas fait la preuve de leur efficacité, ainsi que par la baisse du train de vie du Conseil Régional et la réduction de sa masse salariale. Il s’agit somme toute de réduire les frais de structure, c’est-à-dire la “voilure” du paquebot Ile-de-France.

Refusons les idées reçues : les économies de fonctionnement ne sont pas nécessairement synonymes de service public dégradé. Au prix d’un travail de réforme en profondeur, il est souvent possible de “faire mieux avec moins”. L’optimisation du fonctionnement de nos collectivités et de leurs politiques publiques est une impérieuse nécessité qui peut souvent permettre des économies substantielles sans baisse de qualité de service pour l’usager.

En Ile-de-France, les 120 millions d’euros économisés sur les dépenses de fonctionnement en 2016 permettront notamment de renforcer l’investissement régional à hauteur de 70 millions, le solde permettant de limiter l’endettement de la Région. Notons qu’en 1998, 60% des dépenses régionales en Ile-de-France étaient dédiées à l’investissement. Dix-sept ans de socialisme plus tard, la proportion s’est inversée. Les dépenses d’investissement sont pourtant celles qui préparent l’avenir. Baisser de manière intelligente la dépense publique et la réorienter vers l’investissement est une logique vertueuse. C’est finalement l’application dans la sphère publique des premiers cours donnés aux étudiants dans les écoles de gestion: il n’y a aucune raison que le bon sens s’arrête avec la frontière juridique public / privé!