Jugement de la Cour d’Appel: Promopole tourne la page

Jugement de la Cour d’Appel: Promopole tourne la page

Jugement de la Cour d’Appel: Promopole tourne la page

Arrivé à la tête de la structure à l’été 2014, en tant que conseiller communautaire de Saint-Quentin-en-Yvelines j’avais alors découvert la gestion calamiteuse de l’ancienne direction, et notamment de l’ancien PDG M. Jean-Yves Gendron, adjoint au Maire de Trappes. 
Le tout récent jugement de la cour d’Appel vient de condamner l’ancienne direction plus lourdement après un jugement en première instance déjà défavorable. Cette décision de justice  vient définitivement clore un chapitre pour la pépinière d’entreprises. Les procédures ont été longues, mais il était essentiel que les fautes manifestes de gestion soient sanctionnées. Le tribunal a condamné solidairement la société Sparte et M. Jean-Yves Gendron à reverser les 35.000 euros des conventions douteuses qu’ils avaient conclues ensemble juste avant mon élection, ainsi que des dommages et intérêts en réparation des préjudices subis.
Au delà du montant en jeu, la société Promopole a considérablement souffert de cette affaire. La société a été victime d’une image très dégradée auprès de l’ensemble des habitants, et plus encore auprès des entreprises, qui hésitaient à y louer des locaux. Les locataires présents au moment des faits ont également souffert de l’ambiance de méfiance et d’inquiétude que cette affaire a fait peser.
La société Promopole a été constituée avec de l’argent public, et plus que tout autre, cet argent doit être utilisé à bon escient et au profit des habitants de la communauté d’agglomération. Grâce aux mesures prises depuis 4 ans, les finances de la structure se sont d’ailleurs considérablement redressées, sans un seul euro d’argent public supplémentaire.