Notre ligne politique n’est pas celle de l’extrême-droite!

Notre ligne politique n’est pas celle de l’extrême-droite!

Retrouvez mon interview publiée dans l’Opinion, où je reviens sur le positionnement de notre famille politique.

Le spectre de l’arrivée de Marion Maréchal Le Pen fait perdre leur âme à certains.

Les Républicains, sous l’impulsion de Laurent Wauquiez, se mettent-ils à courir derrière le FN? Le débat ne fait que commencer à droite. Proche de Valérie Pécresse, Othman Nasrou, président du groupe LR au conseil régional d’Ile-de-France, s’inquiète de certaines dérives de son parti.

Othman Nasrou est président du groupe LR à la région Ile-de-France et vice-président de Libres!, le mouvement de Valérie Pécresse.

  • Valérie Pécresse a demandé «la suspension immédiate des Républicains en attendant l’exclusion» de Thierry Mariani, qui a signé l’appel d’Angers «pour l’unité de la droite», avec des élus du Front national, initié par Valeurs actuelles. Laurent Wauquiez temporise et affirme qu’il y aura sanction dès «le moindre début de commencement d’alliance». Cela vous choque ?

Valérie Pécresse a raison de demander une clarification. Thierry Mariani se trompe et n’a plus sa place au sein de la droite républicaine. Il n’y a ni valeurs, ni idées communes entre la droite et le Front national. L’union des droites, c’est même la disparition de la droite !

  • Y-a-t-il pour vous des ambiguïtés entre le FN et Les Républicains, depuis l’accession de Laurent Wauquiez ?

Je suis inquiet. Aujourd’hui on veut aller chercher les électeurs du FN, c’est très bien. Mais il faut que cela soit sur nos valeurs et nos idées, pas en reprenant les valeurs et les idées du FN. Nous ne devons pas changer de ligne politique. Il ne faut pas que les origines politiques de Guillaume Peltier soient la ligne d’arrivée de la droite en 2022 ! La droite doit rester libérale, favorable aux entreprises privées et à la mondialisation. Or certains tiennent désormais au sein de LR des discours d’extrême gauche sur le plan économique. La droite ne doit pas se mélenchoniser ; ce serait une impasse. De la même manière, quand je lis dans l’Opinion que Fabien Di Filippo (député LR de Moselle) parle de « solidarité d’opposition » avec le FN, je trouve l’ambiguïté de sa formule inacceptable. Les députés LR n’ont pas eu la même position que ceux du FN lors de l’examen du projet de loi Asile et immigration.

  • Vous n’avez donc pas été gêné par la position des Républicains lors du débat sur le projet de loi Asile et immigration, à l’Assemblée nationale?

Non. Le projet du gouvernement ne va pas du tout assez loin et est mal calibré. L’extension du regroupement familial est une faute. L’ouverture du marché du travail pour les demandeurs d’asile, six mois après leur arrivée, est ubuesque…Les députés LR ont donc eu raison de s’y opposer et de proposer des amendements pertinents, comme l’instauration de quota. Ils n’ont pas défendu la même ligne que le FN. Le FN, c’est l’immigration zéro, qui n’est ni possible, ni même souhaitable. Il y a par exemple aujourd’hui 80 000 étudiants étrangers en France et c’est une bonne chose. Nous nous défendons une immigration choisie et pas subie.

  • Comme Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse a présenté ses mesures sur l’immigration la semaine passée. Y-a-t-il vraiment des différences entre les deux projets?

Oui. Valérie Pécresse propose par exemple une taxe sur les visas pour renforcer les garde-frontières. Alors que le projet de LR n’évoque pas le développement de l’Afrique, elle en fait une priorité. Concernant l’AME (Aide médicale d’Etat), Laurent Wauquiez veut la supprimer totalement ; Valérie Pécresse propose de la réduire aux risques épidémiques et vitaux, car cela permet de continuer à protéger les Français et que c’est l’honneur de notre pays de soigner un être humain en danger de mort… J’ai parfois l’impression que certains à droite tombent dans l’obsession sondagière et perdent leur âme face au spectre de l’arrivée de Marion Maréchal Le Pen.

  • Laurent Wauquiez a demandé à ses troupes de voter la réforme de la SNCF. C’est une bonne chose ?

Heureusement qu’il l’a fait! C’était d’abord un soutien à nos propres idées, même si cette réforme ne change pas tout ! Il ne faut pas seulement être audible, il faut aussi être crédible. Nous le resterons que si nous demeurons fidèles à ce que nous sommes fondamentalement.

  • Libres, le mouvement de Valérie Pécresse, est-il un contre LR ?

Non, pas du tout. Valérie Pécresse a fait de l’Ile-de-France un laboratoire de ce que doit être une droite moderne et pragmatique, ferme et vivant avec son temps. Elle porte aujourd’hui ses idées au niveau national. Celles-ci ne sont ni populistes, ni utopistes. Libres ! peut être le barycentre de la droite de gouvernement.