Nous assistons à la déliquescence programmée des élus après 1 an de mandat

Nous assistons à la déliquescence programmée des élus après 1 an de mandat

J’étais en direct sur CNEWS le 16 décembre 2018, après la dernière journée de mobilisation des Gilets Jaunes. Avec la contestation qui a émergé de ce mouvement,  j’ai l’impression d’assister à la déliquescence programmée des élus après un an de mandat, tout comme il y a actuellement une obsolescence programmée dans les produits technologiques.

Cet acte VI de la mobilisation a vu une baisse de la violence, et on ne peut que s’en réjouir. J’ai peur cependant que la violence se déplace désormais sur le terrain politique face à une partie de la population de notre pays qui ne se reconnait plus dans notre contrat social. Personne en effet ne peut se réjouir de la faible popularité de l’exécutif, car on ne voit désormais plus très bien comment les réformes vont pouvoir être engagées, ni financées.

Je pense pour ma part que quand on est un parti de gouvernement, l’objectif doit être d’améliorer la situation. Là-dessus la fracture avec le comportement de certains élus est parfaitement inquiétante.